Nos participations aux trails estivaux 2018

L'Echappée Belle Intégrale, par Georges

L’échappée Belle, celle-ci manquait à mon palmarès

Jeudi 30/08/2018 : récupération du dossard à Aiguebelle dans une ambiance très paisible, pas comme sur la course voisine. Direction Vizille pour une nuit à l’hôtel avant de prendre le départ vendredi à 6 heures. Dans la soirée, nous recevons un SMS de la direction de course « Alerte brouillard, chargez trace GPS sur vos montres, marche par groupe de 3 en zone brouillard obligatoire » : ça rassure...

Vendredi 6 heures : départ dans le parc du château de Vizille pour rejoindre Aiguebelle 144 kms plus loin et 11 000 m de dénivellés positifs Je salue le speaker, Alexandre, qui anime également nos courses. Nous partons prudemment en direction du plateau d’Arselles, premier ravito, arrivée dans le brouillard, je pointe en 185 ème position. Puis direction le refuge de la Pra, surprise le soleil illumine un court moment le lac Robert le temps de mon passage ! Arrivée au 2ème ravito en 162 ème position. Là, on nous annonce qu’on ne montera pas à la Croix de Belledonne, point culminant de la traversée de Belledonne pour cause de brouillard et de risque de chute de neige. On poursuit jusqu’au refuge Jean Collet, certainement la partie la plus technique du parcours.
Au pas de la Coche, nouvelle information de changement de parcours : nous ne monterons pas au col d’Aigleton, sentier trop dangereux sur sa partie haute en raison des conditions atmosphériques. A la place aller retour à l’habert d’aiguebelle, sentier de repli tout aussi technique et exigeant jusqu’au col de la Vache ( souvenir de passage en début de saison il y a quelques années avec 2 mètres de neige avec mes potes fous furieux…) Ensuite descente (où il est impossible de courir) pour longer tous les lacs des 7 laux. Par miracle, une fois encore à mon passage grand soleil, ça fait du bien. Arrivée à la base de vie du Pleynet à 19h53 ( 134 ème). Je retrouve Geneviève, Alexandre et les premières gouttes de pluie. Après 40 mn de pause, je repars équipé de ma goretex et de mon pantalon de pluie pour une longue nuit. La pluie s’est finalement vite dissipée. Je cours avec un gars d’Aix en provence, à deux c’est mieux la nuit, on bavarde et il me dit que son épouse aimerait découvrir les Monts du Lyonnais. Voilà un concurrent pour notre 110 Kms.
0h30 Gleyzin : meilleure soupe de tous les ravitos préparés avec des légumes frais du jardin par des bénévoles. On est obligé de se resservir ! A cause du mauvais temps, nouveau changement d’itinéraire : nous ne passerons pas par le col Moretan, poste tenu par notre directeur de course Jean-Louis. A la place, nous empruntons un itinéraire de repli, bien conçu et intéressant pour rejoindre Super Collet, 2ème base de vie, installée sous un chapiteau dans le froid et le brouillard. Je m’arrête un minimum de temps pour changer chaussettes et chaussures. Et nous voilà repartis sur une longue piste pentue. Le besoin de sommeil me surprend en marchant, je titube un court moment…dans la montée au refuge des Ferices, je n’avance plus, j’ai envie de dormir. Arrivé au refuge, les pointeurs très sympas, comme tous les bénévoles sur le parcours, me proposent du coca. Je me suis assis 10 mn autour du feu de camp puis je repars avec un bon moral après plus de 28 h de course (98 ème)
Val Pelouse : je retrouve mon épouse et ça fait du bien, encore une bonne soupe avant de repartir pour l’avant dernière étape. Mais que la descente jusqu’au Pontet fut dur pour les genoux. Il reste 13 kms avant l’arrivée et là on tient le bon bout, je n’ai plus mal. Il reste encore une grande côte et ensuite la descente de 9 kms sur Aiguebelle à travers la forêt.
Arrivée dans un parc, sous l’arche je retrouve Geneviève, Jean-Louis et Alexandre qui accueillent les concurrents. Cela fait 35 h 15 mn que je suis parti de Vizille pour cette grande traversée, 76ème, 5ème V2. Je sonne la cloche avec une certaine émotion et fierté d’avoir bouclé un des ultra le plus dur que j’ai fait juste après la Ronda del Cim en principauté d’Andorre.
Merci à tous les bénévoles pour leur sympathie, leur sourire et encouragements tout au long du parcours.

Georges

L'UT4M, par Gilles

Un format de 12 courses adaptées aux amateurs et au plus aguerris, qui monte en puissance, 2700 coureurs l'année passée, 4000 en 2018, et près de 650 bénévoles pour faire tourner la machine, rien que ça... Quand a moi, j'ai apporté modestement ma pierre a l'édifice (en tant que bénévole).
Arrivé sur Grenoble le mercredi 22/08 dans l'après midi afin de faire le tour du site UT4M et de saluer des connaissances, et après une bonne nuit a St Egrève chez des amis, me voici a Vif le jeudi de 9h00 a 21h00, pour accueillir les coureurs ut4m 160 challenge ( j1) / 40 km / 20 km du Vercors (plus de 800 coureurs)
Nuit courte ensuite, pour être présent toujours a Vif le vendredi a 05h00 pour le départ de l'ut4m 160 challenge (j2) /40 km de l'Oisans (600 coureurs environ), où j'ai pu rencontrer Annick et Pascal, Régis et Rodolphe, pour terminer vers les 10h00. Ensuite, je profite d'un moment de libre pour aller supporter nos coureurs locaux vers le col de la Morte/Alpes de Grand Serre.
Et le vendredi, en fin d'après midi, retour a Vif pour 19h00, jusqu'à 05h00 du matin pour accueillir l'ut4m 160 Xtreme, puis dodo dans la voiture jusqu'à 08h00 et transfert pour le col de Vence le samedi matin où dès mon arrivée, je participe à la mise en place du site où tout est a faire (éclairage/balisage/buffet ravito/sécurisation/etc.)(Chapiteau sur parking, monté par une société) Etant le dernier ravito avant l'arrivée sur Grenoble, plus de 3500 coureurs sont passés sur ce site du samedi 14h00 au dimanche 17h00 (ut4m 160 Xtreme / ut4m 100 Masters / ut4m 160 Challenge (J4) / 40 km Chartreuse / 20 Km Chartreuse). Je suis resté sur ce site jusqu'au dimanche 19h00, fin du rangement, avec une deuxième nuit blanche de rif A noter que sur les deux sites, notre mission est variée, on change de poste toutes les 1h30 de nuit et toutes le 2h00 de jour, sauf quand des bénévoles inscrits ne se présentent pas, et là, il faut parer au plus pressé avec le chef de poste. L'occupation des ces journées et de ces nuits ressemblent un peu au Trail des Coursières, en gros, installation et démontage du site/ravito avec pâtes et soupe/signaleur/chrono arrivée et départ/ gestion des sacs/boutique/balisage/etc.

Mr Gilles


Francesca Canepa et Christophe Anselmo dans la lumière !

A noter les énormes performances des coureurs habitués du Trail des Coursières :
Francesca CANEPA remporte l'UTMB !!! Merci à elle d'être venue gagner l'Ultra-Trail des Coursières l'année dernière !
Christophe Anselmo remporte l'Echappee Belle Intégrale. Il faut maintenant venir gagner notre ultra en 2019 après une 5ème place en 2015 !


Note d'Erik Balmont : "L'Ultra-Trail des Coursières, c'est vraiment la préparation idéale pour les ultras de l'été...!" A bon entendeur...