Cette rubrique donne la parole aux coureurs!

Livre d'or - Trail des Coursières - 10/05/2014

19 contributions

NICOLAS GAST - 102km - 11:22:04 - Dossard 63

Merci à toute l’équipe des coursières pour cette magnifique course à travers les belles montagnettes des monts du lyonnais. Certainement l’une des meilleures organisations, de par sa simplicité et sa proximité avec les coureurs. 102 mercis pour ces 102km de pur bonheur !

A l’année prochaine pour de nouvelles aventures.


OLIVIER VALETTE - 102km - 13:20:56 - Dossard 15

photo dossard 15

Bonjour et Merci pour votre formidable organisation des Coursières.

Vous avez une très belle équipe de bénévoles et un formidable terrain de jeux !

J’ai adoré votre parcours, rencontré des gens très sympas, en bref, passé un excellent moment de sport.

Je vous souhaite bonne et longue continuation.

Rendez vous est pris pour l’hivernale 2015…


FABIEN DANET - 102km - 13:53:18 - Dossard 88

Merci encore pour cette superbe course très bien organisée même si de mon côté, ça a été un peu plus difficile cette année (chaleur?).
Très content aussi qu'il y ait un peu plus de monde cette année (tant qu'on est pas 2000)... la barre des 200 l'année prochaine?


YVES FERLAY - 102km - 14:36:38 - Dossard 83


J’ai commencé à courir, grâce aux handicapés, je cours maintenant pour eux. Je m’explique.

C’était en 2007 : pour justifier mon engagement au second trail de 50 km organisé par ATOS, je me suis dit que je pouvais bien faire un don à cette association qui s’occupait d’aider des handicapés. En plus, cela me donnait la possibilité de me tester sur un trail sans risquer de me sentir trop ridicule (surtout à mes yeux) à 57 ans, en cas d’abandon. Je suis asthmatique et j’ai été opéré d’un genou. « Avec ce que tu as, tu ne devrais pas courir » me disait-on. Le kiné qui m’avait aidé pour la rééducation et que j’ai revu dernièrement, fit cette remarque : « je n’aurai jamais pensé que ce genou courrait un jour ». Donc, ne jamais dire jamais.

Cette année, je viens d’effectuer mon « quatrième ultra-trail des Coursières ». (2010, 2011, 2013). Et 2012 ?
En 2012, mon fils qui vit aux USA, m’a emmené visiter le «Grand Canyon», un trail en tête à tête de 35 km qui nous fit passé de 2200m d’altitude à 700m en 80 minutes (12 km de descente, en grande partie en marches d’escaliers, dégradées par les groupes de mules qui effectuent ce trajet tous les jours pour remonter les déchets des campeurs), puis un peu plus pour remonter. Ce fut une sacrée expérience sportive et familiale. Jamais je n’aurai pensé voir le Grand Canyon et encore moins descendre près du Colorado et y plonger mes mains. Ne jamais dire jamais.

En 2013, sur le trail des Coursières, j’avais souffert de la solitude et du froid entre Sainte Catherine et le ravito des Templiers. Ce souvenir me revint, cette année, lorsqu’à quelques 15 km de l’arrivée, à la fin de la descente du bois d’Arfeuille, un des participants nous rattrapa. Je faisais cette partie du parcours avec un autre traileur depuis le ravito de Lamure, nous avions tous les deux mal aux cuisses et étions dans le même état de fatigue avancée. Le traileur qui nous avait rattrapé restait 20 m derrière nous, il courrait lorsque nous courrions et marchait lorsque nous marchions. Cela m’intriguait un peu. A un moment, il nous a rejoint, avions-nous ralenti, je ne sais ? Timidement et avec beaucoup de douceur et de prévenance dans la voix, il nous demanda : « connaissez-vous la fin du parcours ? » « oui, c’est ma quatrième participation » ai-je répondu. Toujours avec la même voix, il ajouta « Pouvez-vous m’aider, je voudrai trop finir ? » De deux, notre groupe est passé à trois, puis à quatre après le ravito du hameau « Les Templiers ». Il le resta jusqu’à 1 km de l’arrivée où je lançais ces mots : « Allez, dernière descente ». Et je parti en courant jusqu’à l’arrivée.

Apporter ma connaissance du parcours à ces coureurs fut une aide précieuse, m’apporta beaucoup de motivation et me donna des ailes pour finir. Cela me fit penser à la solitude du coureur, à cette expression : « maintenant la course va se jouer au mental ». Je me suis rappelé mon état d’esprit de l’an dernier, sur cette même portion du parcours, j’avais le moral « au fin fond des chaussettes » selon l’expression consacrée. J’avais effectué seul la portion de Sainte Catherine au Ravito des Templiers. Je me racontais des histoires, j’inventais des trucs débiles. Et pourtant, j’avais encore mon GPS qui me donnait l’heure et la distance, et je connaissais le parcours. Que se serait-il passé autrement ?
Après « Les Templiers » au niveau de la stèle du maquis Givordin, je montrais le « Signal de Saint André » à mon voisin qui connaissait un peu la région. Je précisais qu’il y avait un sentier qui permettait de monter près des antennes. J’entendis derrière moi cette question : « Et on doit y monter ? ». Non, non, on ne fait pas « un kilomètre vertical » à la fin d’un ultra.

Sur les quatre du groupe, un seul avait encore l’heure. Tous les GPS avaient rendu l’âme. Voici une anecdote qui montre comment un petit rien, ici un simple souvenir, peut amener un coup fatal au moral d’un coureur en fin de course, perdu géographiquement et sans notion de l’heure.
Sur le tracé, j’avais noté dans un coin de ma mémoire que le circuit coupait la route de Saint Martin au carrefour de La Bruyère, au km 100. Donc, il ne nous resterait plus que deux kilomètres lorsque l’on couperait cette route. Je l’avais bien sûr expliqué à mes compagnons, en galère depuis déjà quelque temps. Je leur avais précisé qu’il resterait alors un kilomètre de côte puis un kilomètre de plat et de descente. Mais, lors de la traversée de cette route, un bénévole nous dit pour nous encourager : « Allez les gars, c’est presque fini, il ne vous reste plus que 3.5 km ». Un silence suivit ces paroles, puis l’un des coureurs me dit : « tu nous as encore roulé dans la farine ». Il se voulait amical mais sa voix trahissait un peu de dépit. Après un nouveau moment de silence, alors que nous allions prendre un chemin nous obligeant à marcher en fil indienne, ne voulant pas rester sur cette impression désagréable et aussi pour ne pas lui laisser le dernier mot, je réagis : « Puisque c’est comme ça, il y aura 2 km de côte et 1.5 km de descente » d’un ton volontairement agressif. Tout le monde comprit mon humour et l’ambiance revint à la concentration sur les obstacles du chemin.
Une suggestion : Serait-il envisageable d’avoir des panneaux indiquant le kilométrage parcouru, disons sur les dix derniers 90 ; 95 ; 100 ? Ce serait merveilleux lorsque l’on n’a plus ni l’heure ni le GPS et que la nuit tombe.
Et simplement aussi pour éviter de se sentir « roulé dans la farine ».

Pourquoi ai-je parlé, au début de ce récit, des handicapés. Parce que c’est grâce à eux que je suis devenu « centbornard » et qu’au cours de ces « ultra » j’ai beaucoup appris sur ma condition d’être humain. Je me suis souvent interrogé sur leur rôle dans notre société. Sont-ils reconnus à leur juste valeur, à leur juste place ? C’est au cours de ces longues immersions dans la nature que sont les trails, dans des conditions souvent exceptionnelles, que j’ai pu apprécier de ne pas être « handicapé », tout en reconnaissant que mes capacités de coureur, avec un genou fragilisé, sont extrêmement ténues.

Longue vie « Aux Coursières » qui viennent, à mon avis, de prendre leur rythme de croisière. Et merci à tous.

Yves FERLAY
Dossard 83
1er V3 102 km


THIERRY LABORIER - 102km - 14:37:59 - Dossard 138

photo dossard 138

Bravo et merci pour votre course plus que sympa, dans un cadre exceptionnel, et dans une ambiance remarquable de chaleur et de sympathie.
Un bon trail à recommander…
Merci encore aux bénévoles d’une rare gentillesse et à l’organisation en général, irréprochable.


FREDERIC ASTOLFI - 102km - 15:05:16 - Dossard 46

photo dossard 46

Bravo à tous pour cette organisation formidable où la fraternité n'a d'égale que la qualité du parcours!

Petit récit de mon ultra:
Comme prévu avec ma maigre préparation ces derniers mois et ma semaine de ripaille en vacance dans le Nord j'en ai bavé dans les montées, me traînant comme une larve en m'appuyant sur mes bâtons. Heureusement je peux compter sur les descentes pour me refaire et mon estomac d'autruche m'affranchit de tout problème digestif (si, si c'est important sur les ultras!).

80% de mental on dit, bon j'ai donc couru les 20 premiers km puis mentalisé les 80 restants. Sans surprise je suis repassé par toutes les étapes bien connues des trailers: de l'euphorie à la "mais qu'est ce que je fous là?" en passant par le "jamais plus!" et le mode "zombie-je-met-un-pied-devant-l'autre"... Heureusement il y a cet esprit trail qui permet de taper la discute avec le petit groupe d'une douzaine qu'on voit tous le long du parcours accuser les même coups de mieux et de moins bien et avec qui on fraternise naturellement. De belles rencontres encore cette fois! tout particulièrement avec yannick avec qui j'ai fait quasiment toute la course.
Vous voulez la preuve que c'est dans le mental: après 15km en 2:30 (oui j'ai honte mais j'ai marché) la dernière étape de 9km avalée en une heure pensant à mon verre de bière tel le saint graal m'attendant à l'arrivée!

Parcours qu'on pourrait numériquement comparer à la CCC mais trés différent : succession de montées-descentes jamais trés longues sauf la montée interminable après st.symph. heureusement récompensée par un panorama à couper le souffle sur les monts du Lyonnais. Par la suite belle vue sur la chaîne des alpes. Une seule partie vraiment roulante sur la dernière étape de 9km.
j'ai bu 10 litres d'eau, absorbé une dizaine de gels, mangé pas mal aux ravitos (super idée les soupes de pâtes!), pissé 2 fois, perdu 4 kilos et gagné 1 belle médaille de finisher et les 3 pts manquant pour participer à l'UTMB
65eme en 15:05


YANN MARION - 102km - 15:39:58 - Dossard 24

Comme l’a déjà écrit Frédéric, cette course était magnifique, tant par les paysages et le parcours que par l’organisation et l’accueil réservé aux coureurs lors des différents ravitos. Il s’agissait de mon baptême du feu en ultra et je suis bien motivé pour revenir l’année prochaine, pour profiter encore de notre belle région dans ces supers conditions!!



Merci pour la course et merci d’avoir fait suivre le mail de Frédéric, avec qui j’ai couru presque 60km. Nous avons découvert que nous étions presque voisins et allons certainement continuer à courir régulièrement ensemble !!

RDV à l’hivernale 2015 des coursières puis à l’ultra 2015 !!


CHRISTINE MONTET - 102km - 00:00:00 - Dossard 163

photo dossard 163

Bonjour ,
je voudrais remercier l'organisation pour sa gentillesse , ses encouragements,et leur disponibilité que ce soit lors de la remise du dossard , le long du parcours et lors des ravitos.
J'ai du abandonné sur blessure après LAMURE , mais jusque là j'ai couru sur un parcours , certes un peu difficile a certain endroit mais j'ai pu apprécier des vues magnifiques .
Le balisage était très bien fait et à aucun moment j'ai eu des doutes .
De plus sur le parcours j'ai rencontré des trailers très sympa où on a pu échanger très sportivement voir faire un bout de chemin et c'était une ambiance très chaleureuse .
Pour l'instant je vais soigner mon tendon d’Achille mais je n'ai pas dit mon dernier mot !!!


CAROLE BOUTEILLE - 47km - 04:54:43 - Dossard 577

Un trail exceptionnel, une performance pour moi avec une arrivée triomphante , une très très bonne organisation avec un balisage parfait MERCI aux bénévoles.
A l'année prochaine.


CEDRIC PERIER - 47km - 04:55:29 - Dossard 691

Bonjour,
Première participation pour ma part sur le 47, une très belle organisation, comme celle pour les hivernales en janvier, des bénévoles toujours aussi gentils, serviables, et jamais à court d'encouragements que ce soit aux ravitos ou aux croisements. Un balisage excellent, des ravitos très bien fournis, un parcours varié, une convivialité appréciable et c'est là que l'esprit trail prend tout son sens....
Bref un très grand merci à tous les bénévoles et les organisateurs pour cet excellent moment passé, et bien sûr à l'année prochaine.


ALEXANDRE DELORE - 47km - 05:03:41 - Dossard 668

Bonjour
veuillez trouver mon compte rendu du Trail des Coursières
Merci encore pour cette belle organisation !

à bientôt


LOUISE POIREL - 47km - 05:47:45 - Dossard 640

Très bonne ambiance, belle solidarité entre coureurs, nature sublime et bénévoles on ne peut plus dévoués!
Sur le 47 c'était pas de l'ultra, mais c'était extra!!
Merci :)


MICHEL GRANJON - 47km - 06:27:36 - Dossard 560

photo dossard 560


Première participation sur les 47 kms, après les 30 kms de janvier.
Le but était de terminer (objectif atteint 6h28) et de prendre du plaisir.

C'était un magnifique trail dans une ambiance excellente de bout en bout, des ravitos au top, rien ne manquait.
Ce fut dur mais aussi facile par cette parfaite organisation et tous ces hommes et femmes
à chaque carrefour, encourageants, rassurants, applaudissants.
Des passages agréables, des côtes bien raides, de la boue, du soleil enfin un vrai trail.

Merci enfin à Aimé pour m’avoir relancé et m’accompagné pour boucler les 9 derniers kms (il fini 3ème V3)
Un grand bravo à toute l'équipe et aux autres participants, au soutien de mes collègues de course Olivier (19ème) et Denis (103ème) sur le 47
et à jean-Paul (58ème) et Fred (65ème) sur le 102.

Un vrai repas à l’arrivée et j’ai gagné à la tombola une frontale (peut-être pour le 102 l’année prochaine !)

En un mot, c'était TOP, à l'année prochaine :)

Je suis au centre sur la photo entre mes deux collègues Olivier et Denis


DENIS ROBERT - 47km - 06:34:10 - Dossard 713

Bonjour ,

Ce message pour vous remercier de l’excellente organisation de cette course, beau parcours, magnifiques paysages, bénévoles parfaits.

Merci


CEDRIC DE GHELLINCK - 47km - 06:46:27 - Dossard 583

Bonjour à vous,

Ayant participé au 47km, je vous dis bravo pour votre organisation et à la gentillesse des bénévoles.

Merci à vous et à l'année prochaine


CHRISTOPHE MARCO - 47km - 07:04:16 - Dossard 630

Bonjour,

Presque 2 semaines ce sont écoulées depuis votre trail du 10 mai et je n'oublie pas le bonheur distillé sur le parcours par vos bénévoles.
C'était mon baptême du feu sur le 47 km, jamais je n'avait couru aussi longtemps, mais jamais jusqu’à l'arrivée je n'ai perdu la joie de courir pour rejoindre St Martin.
Pour les ravitos, le repas à l'arrivée, le parcours et l'organisation en général je vous dit : BRAVO.
D'ailleurs je reviendrai sur le grand parcours de la version hivernale et peut être le 101km l'année prochaine.

Voici le compte rendu de ma course.

Votre devise résume l'état d'esprit qui anime vos bénévoles et rien que pour ça, j'espère que vous aurez encore plus de coureurs pour vos actions envers ces personnes qui ne peuvent pas courir comme nous.


AHMED BOUFENGHOUR - 47km - 07:26:15 - Dossard 564

Bonjour,
Pour ma troisième participation sur le 47 km, je tenais à vous remercier pour votre organisation , les encouragements et la bonne humeur des bénévoles. Le parcours est vraiment magnifique . Vous pouvez compter sur moi l'année prochaine.
Un grand merci à tous les bénévoles.


OZDEM YILMAZ - 47km - 07:59:29 - Dossard 555

bonjour,

merci !!

très beau parcours (47km)

bénévoles au top,

une organisation qui ferait rougir des pros !!

bravo, belle réussite on ressent vraiment votre passion et amour de ces terre à travers votre trail,

merci encore.


BRUYERE PAULINE DURAND REGIS - 47km - 03:41:49 - Dossard 1 036

photo dossard 1 036

Tout d'abord un grand Merci pour cette magnifique journée ! Vous nous avez offerts de très bons moments.
Et surtout un grand Bravo à l'organisation, votre équipe a été parfaite, le parcours super sympa et vraiment très bien balisé.

À l'année prochaine!

Pauline Bruyère.


panorama coursieres